Fondation-Le-Plaza-Histoire-Couverture

Histoire du Cinéma

Le Plaza a été inauguré et ouvert au public en novembre 1952. L’événement revêt d’emblée une portée historique. Le Plaza était en effet le premier des trois cinémas d’avant-garde, avec Le Paris et Le Star, que Marc J. Saugey, passionné de cinéma et d’innovations technologiques, a conçu à Genève, elle-même ville pionnière du cinématographe en Suisse déjà au moment de l’Exposition nationale de 1896.

Marc J. Saugey a réalisé les trois cinémas genevois avec les ingénieurs Pierre Froidevaux et Maurice Cosandey, alors responsable des ateliers de construction Zwahlen & Mayr. Constamment à la recherche des dernières découvertes, il exigeait de ses collaborateurs les plus hautes performances technologiques.*

* Les informations retranscrites dans les pages de ce site liées à l’histoire du Plaza et à l’architecte Marc J. Saugey ont été glânées notamment dans les précieuses recherches réalisées par Catherine Dumont d’Ayot, par Philippe Meier (Marc-Joseph Saugey Architecte, Architectes du XXe siècle à Genève, FAS GE, 2012) et par Catherine Courtiau (XXe, Un siècle d’architectures à Genève. Promenades, Infolio, Gollion, 2009).

Chef d’œuvre d’architecture moderne, Le Plaza est alors, avec ses 1250 sièges, la plus grande salle de cinéma de Genève et l’une des plus grandes salles de Suisse. Son immense écran est conçu par Saugey comme un dispositif théâtral, avec un imposant cadre de bois doré aux lignes épurées et avec un jeu de rideaux sophistiqué.

Le Plaza ouvre ainsi en 1952 avec la projection du film Le petit monde de Don Camillo de Julien Duvivier et propose alors trois à quatre séances par jour. C’est en 1953 qu’il programme The Robe (La Tunique) de Henry Koster, qui sera projeté pour la première fois en Suisse avec la nouvelle technique du Cinemascope, la même année que la première européenne du Cinémascope à Paris et les premières mondiales à Los Angeles et New York. C’est dire à quel point Saugey était à l’avant-garde des dernières technologies liées au cinéma.

Le Plaza propose régulièrement des projections de films à grand succès comme Fantomas ou le Docteur Jivago, qui a tenu l’affiche pendant plus de trois mois en 1966, E.T. en 1983, ou encore Titanic en 1998. C’est notamment grâce aux précieux carnets de M. Carlo Sartorelli, projectionniste au cinéma Le Plaza pendant plus de 30 ans, de 1952 à 1983, que l’histoire des projections pourra être reconstituée. En effet, Carlo Sartorelli a consigné toutes les informations et anecdotes liées aux projections faites au Plaza pendant ses glorieuses années dans des carnets qui ont été confiés à la Fondation Plaza.

Ainsi, il rapporte qu’en 1977, un gorille géant est installé sur l’enseigne du Plaza, avec en background la façade-rideau de Saugey qui donne à s’y méprendre un air de building new-yorkais au Mont-Blanc Centre.

Beaucoup se souviennent avec nostalgie et excitation de leurs soirées au Plaza, des festivals James-Bond, des dernier blockbusters internationaux ou de la rediffusion de vieux films classiques, même si la programmation a pu laisser de temps à autre la place à des films dits d’art et d’essai.

Après l’époque bénie de l’après-guerre, la crise et les changements de consommation sonnent le glas des grands cinémas du centre-ville. Le Plaza doit fermer ses portes début 2004. C’est le début d’un feuilleton palpitant autour de la sauvegarde du cinéma, dont les actrices et acteurs principaux sont les historien.ne.s de l’architecture et les cinéphiles amoureux.ses du Plaza. La salle de cinéma est ainsi classée monument historique en 2009, puis déclassée en 2011. En 2018, sa destruction est programmée, malgré un recours et un fort mouvement de défense pour sa sauvegarde venant des acteurs culturels, de la Fédération suisse des architectes, de figures politiques et de la population genevoise qui garde un lien affectif fort avec ce lieu. Une mobilisation citoyenne exemplaire, qui s’est distinguée par son ampleur et sa durée, a certainement contribué au sauvetage du cinéma.

C’est en 2019 que le sauvetage est assuré. En effet, la Fondation Hans Wilsdorf rachète l’ensemble du bâtiment (Mont-Blanc Centre et Cinéma Plaza).

L’attachement des Genevois pour ce lieu est très fort, comme l’a montré la mobilisation pour le sauver”, explique Marc Maugué, Secrétaire général de la Fondation. “Nous avons considéré qu’il méritait d’être protégé. Après nous être assurés auprès du Canton et de la Ville de Genève que cet achat présentait un intérêt pour la vie culturelle de la cité, nous sommes allés de l’avant”, poursuit-il.

Le Conseil d’Etat de Genève décide le 18 décembre 2019 de procéder à nouveau au classement en monument historique du cinéma, et en 2020, la Fondation Plaza est créée dans le but de rénover le cinéma et créer un centre culturel et cinématographique ambitieux.